Nicolas Larche- « Après un master de Biologie marine, je m’orientais vers une thèse sur l’écologie des coraux en Guadeloupe, je voyais mon quotidien entre des relevés de données en plongée sous marine ».

Quand j’ai demandé à AIM45 qui serait partant, dans leur entreprise, pour prendre la parole en ce temps fort de rentrée, on m’a répondu sans sourciller au téléphone « Nicolas ! Vous verrez, son parcours est atypique mais complémentaire pour notre entreprise ». Et c’est vrai que j’ai eu la sensation d’être sur un bateau face à l’océan en lisant les réponses de Nicolas. En effet, on ne m’avait pas menti : il est atypique et a trouvé chez nous, un poste taillé sur mesure pour lui.

Comme quoi, parfois, il suffit de se faire confiance, se laisser porter par la vague et on finit par atterrir au bon endroit !

Bonne lecture !

Marcy.

Comment ton projet pro se définit-il ?

Biologiste marin de formation, je suis aujourd’hui en charge des développements chez AIM45. Ma mission consiste à faire les choix techniques, la conception et le développement de notre plateforme d’analyse de données.

Après un master de Biologie marine (2009), je m’orientais vers une thèse sur l’écologie des coraux en Guadeloupe, je voyais mon quotidien entre des relevés de données en plongée sous marine, l’analyse de ces données grâce aux statistiques et la rédaction de publication de recherche. Et surtout, je me voyais très proche de la mer. La réalité a été bien différente car en pleine crise économique je n’ai jamais réussi à trouver de financement pour réaliser ma thèse.

Après 2 années à tâtonner entre recherches de travail, petit boulot, ou encore moniteur de plongée, je prends la décision de me réorienter dans le développement informatique. Je réalise une formation expresse de 6 mois à l’ENI, une école Nantaise fin 2010.

Cette formation me permet de décrocher mon premier job dans une SII. Après 3 ans à faire mes armes et à me mettre à niveau en faisant beaucoup de veille informatique. Je quitte le monde des SII pour un éditeur de logiciels, RCA.

Début 2014, j’arrive donc chez RCA en tant que développeur, l’entreprise est à taille humaine, environ 30 collaborateurs. L’entreprise a une très forte croissance, je fais du développement mobile, du backend et je me retrouve rapidement Lead développeur front. Cependant, l’entreprise grossit et je ne m’y retrouve plus, environ 80 collaborateurs. J’ai d’autres envies et je cherche à découvrir le monde des startups.

Fin 2017, j’intègre donc DoYouBuzz, une petite startup de 6 personnes, je suis responsable de la partie front de l’application mais qui dit petite structure, je touche à beaucoup d’autres sujets, organisation du travail, organisation des développements, backend, design, etc.

Après presque 10 ans à faire du développement, j’ai toujours un œil vers la mer, et en navigant sur les entreprises de WeLoveDevs, je découvre l’entreprise AIM45, qui recherche son premier développeur. AIM45 veut transformer les flux de données en informations objectives afin d’optimiser tout objet IoT, et notamment les bateaux de la course au large. Mer, Data et développement, j’ai l’impression que toutes mes compétences se retrouvent.

Fin 2019, je contacte AIM45 et je prends mes fonctions en avril 2020 en plein confinement chez AIM45.

Es-tu fier·fière de ton parcours pro ?

Fier je ne crois pas, mais je suis content de tous mes choix. Les changements d’entreprise ne sont pas évidents mais j’ai appris à chaque fois.

Quelle force retires-tu de ton parcours professionnel (ou de tes choix) ?

L’apprentissage, sortir de sa zone de confort.

Quelle expérience a été la plus enrichissante pour toi ?

Je pense que c’est RCA, pour l’instant, la forte croissance de l’équipe et la liberté que j’avais pour mettre en place des choses notamment technique m’ont permis de toucher à beaucoup de choses, framework, outils, fonctionnement interne.

Quel moment dans ta vie professionnelle a été le plus inattendu ou original ?

Visiter l’ultime Gitana 17 pour voir comment les capteurs (dont nous utilisons les données sur la plateforme) sont installés sur les bateaux de course.

Qu’est-ce qui t’a motivé·e à te reconvertir ? (ou devenir dev)

Je voyais que le développement était un secteur novateur et grandissant. Après la bio marine qui est un secteur bouché, je ne voulais pas refaire la même erreur.

Prends-tu ça comme un challenge ou une opportunité (ou les deux) ?

C’est un challenge, car il faut faire une croix sur ses premières envies, ensuite se mettre à niveau, et travailler pour rattraper le retard par rapport à ses collègues.

Est-ce que le fait de ne pas être un dev issu d’un parcours classique et.ou élitiste a été une source de frustration, de complexe ?

C’est parfois difficile lorsque l’on commence à travailler avec certaines personnes qui ont connaissance de notre parcours uniquement sur papier. Il faut alors faire ses preuves pour qu’ils aient confiance en nous et commence à écouter notre avis.

Est-ce difficile de justifier ton parcours auprès de certains recruteurs ?

Non, je ne l’ai jamais ressenti.

As-tu été recruté sur WLD ?

Oui, la prise de contact s’est fait par un like !

Marcy Charollois

Auteur Marcy Charollois

Plus d'articles de Marcy Charollois

Laisser un commentaire