Le Code of Conduct c’est une forme de règlement intérieur. C’est un jeu de règles, définissant quels comportements sont appropriés pour un individu ou au sein d’une organisation.

En fait aujourd’hui on en parle, parce que le monde des conférences techs l’a importé en France sans le franciser. Et quand on parle d’un COC aujourd’hui, on sait quasiment instantanément qu’on parle d’une conférence tech, d’un meetup, ou d’une communauté en ligne.
On en parle aujourd’hui parce qu’il y a eu des débordements, répétés, au sein d’une communauté en particulier, de 2200 membres, où un ou plusieurs membres ont eu des comportements malveillants envers des minorités plus ou moins visibles.

Ce n’est pas important de les pointer du doigt, ils ont déjà été particulièrement montrés sur Twitter, et bientôt ils vont se placer en victime. Ce n’est pas le projet.

Je peux vous dire que je me sens particulièrement affecté. Parce que j’ai été speaker et j’ai été particulièrement bien accueilli. Je me suis senti accueilli comme un ami. C’était un ami qui débattait beaucoup et reconnaissait rarement avoir eu tord, mais je le voyais pas comme une personne malveillante. Là on a beau lui dire qu’il est hors bord et il veut pas comprendre. Alors je suis triste et je vous écris.

C’est d’ailleurs je pense le sentiment que partagent tous les gens qui dénoncent ce comportement sur Twitter aujourd’hui. Les speakers dans le circuit, les membres de la communauté, regrettent de ne pas avoir dénoncé ce comportement avant. Je pense qu’ils ont comme moi essayé d’aider, de changer la personne qu’ils appréciaient.

Le Code Of Conduct c’est une ligne rouge.

En fait, quand t’es organisateur d’une conférence, tu écris le Code Of Conduct pour te protéger. Si un des speakers monte sur la scène et dérape, tu pourras dire qu’il avait été prévenu par le Code Of Conduct. Le Code Of Conduct c’est une ligne rouge. Il faut qu’elle soit clairement tracée, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté quand elle sera franchie.

Et cette ligne rouge elle est importante pour les participants. Il faut que la conférence soit un lieu safe où tout le monde se sente à l’aise pour s’exprimer, échanger. Comment on apprend si on ne peut pas dire que l’on ne sait pas ? Et cet environnement safe est super important. Parce que déjà quand tu es presta, dire que tu ne sais pas, ce n’est pas bien vu. La pression de l’expert est très présente. Et aussi parce que tout le monde a pas la chance d’être dans un environnement safe. Quand tu as une bonne employabilité tu peux te barrer pour aller dans une entreprise où tu seras bien. Mais il y en a qui doivent faire une paire d’années ou plus dans un environnement misogyne. Ou encore dans une boîte qui trouve ça marrant de bizuter les stagiaires et les juniors.

La conférence c’est une bouffée d’air pour ces gens-là.

Le Code of Conduct nous protège tous dans la conférence et au-delà.

Par exemple, sur WeLoveDevs, dans nos CGUs on a fait écrire que le bon comportement des utilisateurs doit se prolonger au-delà de WeLoveDevs.
Par exemple, si un candidat fait des commentaires sur le physique de la recruteuse. Ou encore si un recruteur fait des propositions qui sont interdites par la loi française. Même si c’est un élu de la république on se réserve le droit de lui retirer son accès de la plateforme. On soutiendra la victime en fournissant les éléments pour qu’elle se défende, les conversations privées peuvent être extraites dans ce cas-là. Et si un comportement relève du Correctionnel, on saisira le Procureur de la République par recommandé. Imaginez bien que ça s’applique même aux représentants de nos plus gros comptes. Je pense que le ou la DRH d’une société publique sera content qu’on l’ai prévenu en premier d’un comportement délictueux d’un membre de son département.

Mais alors pourquoi je suis en colère ?

Parce que tout le monde a pas compris que le Code of Conduct s’applique à tout le monde, organisateurs compris.

Alors, au-delà de la Cancel culture qui est revendiquée en première intention. Le fait que l’on puisse faire une différence de traitement du COC entre les speakers « Tête d’affiche » et les nouveaux dans le circuit me débecte. Et vous imaginez que si un organisateur pense comme ça concernant les speakers, lui, il ne se sent pas concerné par le COC. Et en fait c’est un vrai un problème. Parce que si dans un cinéma de 800 personnes y’a une seule personne malveillante, tout l’endroit en devient non-safe.

Alors affirmez votre COC

On a été sponsors financiers et en moyens d’évènements techs. Et ce n’est pas concevable d’associer notre marque à un environnement, un évènement ou un lieu qui ne considère pas tous ses membres à égalité. Tout ce que nous faisons a pour but que chaque développeur puisse être heureux, en commençant par sa vie professionnelle. On ne pas concevoir qu’une minorité puisse être exclue de ce projet.

Voici donc nos engagements :

1/ On sera jamais sponsor d’une conférence qui ne garantit pas que le COC soit appliqué de la même façon pour tous les participants, speakers et organisateurs compris.

2/ Les conférences que l’on soutient doivent affirmer auprès de leurs participants que tous ont le droit à la même considération et sécurité

3/ Les conférences que l’on soutient doivent réaffirmer auprès de leurs audiences que les comportements dénoncés ne seraient pas tolérés chez eux.

Et on invite les autres sponsors (et nos clients) à ne pas financer un environnement toxique.

C’est pas compliqué, regardez le GDG Lille l’a fait :

 

Damien Cavaillès

Auteur Damien Cavaillès

Plus d'articles de Damien Cavaillès

Laisser un commentaire