On embarque, hop hop hop !

Bonsoir et bienvenue chez moi ! Je vous proposerais bien un thé ou un café mais malheureusement je vous laisse vous servir tout seul, chez vous, avec la boisson de votre choix (pas si mal que ça, non ?). Aujourd’hui on va parler de se former en remote (depuis chez soi) et surtout vous raconter comment ça se passe en temps de confinement à la Wild Code School.

Qui suis-je ?

Je suis Mathilde Gauthier, campus manager de la Wild Code School de Lille et voici comment le Covid a changé ma vie… non je rigole, juste participé à la modification de toutes les habitudes que j’avais jusqu’à maintenant et probablement pour les siècles à venir.
Pendant cette période, j’ai changé plus de 13 fois de bureau. Je suis passé d’un coin de table à Lambersart, à un meuble IKEA à Lomme avec pour escale une table à manger à Lyon, un coin de tapis à Paris et le bureau de ma maman. C’est exotique non ? Finalement, j’ai plus changé de bureau pendant ces 9 mois que dans tout le reste de ma vie ! 

Avant d’aller plus loin, c’est quoi la Wild Code School ?

C’est une école de reconversion pour se former au développement web, à l’analyse de données ou encore à la cybersécurité de façon rapide et intense. L’école a été fondée en 2014 par Anna Stepanoff, à La Loupe, en Eure-et-Loir. L’idée c’était de coder “au vert” car La Loupe c’est une toute petite commune française et le campus est situé au milieu des champs… Aujourd’hui la plupart des campus sont situés en ville et nous notamment à Lille nous sommes à Euratechnologies, en plein cœur du berceau de l’innovation technologique. Par contre, une chose, au moins, unie tous les campus : on code en chaussettes ! Parce que “quand les pieds sont libres, l’esprit l’est aussi !”

Notre pédagogie est basée sur la pratique (learning by doing), l’apprentissage entre pairs et le travail collectif (en projet notamment).

Habituellement en présentiel à 100%, nous avons basculé en remote deux fois : la première lors du premier confinement, puis nous avons repris la formation sur le campus le 14 septembre, et nous sommes de nouveau confinés depuis le 30 octobre.

Comment ça se passe chez moi ?

Aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces mots, mon bureau est plutôt sympathique. Mal rangé, certes, mais j’ai une chaise, deux écrans et une souris avec un petit tapis à l’effigie du club de vélo de mon compagnon. Je travaille ici tous les jours de 8h30 à… l’horaire est variable, c’est d’ailleurs l’un de mes principaux problèmes du télétravail. Il peut m’arriver de terminer à 19h comme à 20h30, prendre une pause d’1h30 à midi ou pas de pause du tout. Je trouve que parfois il est difficile de trouver ses repères.

Et sinon ?

Sinon les visios avec les Wilders, j’adore ça. Les cafés du matin ont ce bon goût de début de journée et le plus gros avantage c’est que je peux aller courir à l’heure qui m’arrange !

Mais quand même… Vivement la réouverture des portes !

Et qu’en pensent les Wilders ?

C’est vrai ça, les Wilders ce sont les élèves de la Wild Code School et ce sont les premiers concernés finalement ! Est ce que se former en visio c’est plus compliqué ou non ? Est ce que les outils mis à disposition sont assez pratiques pour continuer la formation ? Est ce que vous aussi vous avez trouvé le bureau idéal, le coin de table ou bien le petit emplacement sur le canapé qui vous permet de continuer à apprendre ?

Rencontrons donc Jamila, data analyst, Sarah, Gaëtan et François-Xavier, tous trois développeurs web.

On travaille ou quand on est “Wild”? 

Chacun d’eux a aménagé son espace différemment : François-Xavier et Gaëtan ont aménagé une table en mode bureau dans la salle à manger, Sarah quant à elle a acheté un bureau exprès qu’elle a installé dans sa chambre et Jamila travaille dans son canapé puisqu’elle a une table de lit réglable en hauteur et inclinable sur laquelle elle peut poser son ordinateur.

Est ce que les horaires et les pauses sont variables ? 

Les horaires restent rythmés par les obligations de la formation mais tous les quatre travaillent plus tard le soir. En général, ils s’accordent une pause à la fin de la journée de formation (ndl: 17h) puis reprennent les exercices vers 20h-21h. Certains arrêtent même de travailler à minuit !

En revanche, tous suivent la pause repas de la Wild Code School habituelle : de 12h30 à 13h30.

 

Et humainement, comment on se sent ?

Le moral est un peu bas parfois mais dans l’ensemble on garde la forme ! On garde l’espoir de retrouver le campus à la rentrée de janvier et puis comme les vacances arrivent ça permet aussi de rester motivé.
Il y a pleins de moments agréables, même en visio, même si les liens sociaux et le contact humain avec les autres Wilders est plus difficile à sentir, on sait qu’on avance ensemble et que c’est important de garder la tête haute !

 

Y a t-il quand même des avantages à être en remote ? 

Bien sûr, le principal c’est de ne pas avoir de trajet à faire chaque jour. Gaetan nous dit même qu’il économise 3h de trajet aller-retour grâce à ça – temps qu’il peut consacrer à ses enfants et ça… c’est non négligeable ! Et puis Jamila est heureuse de pouvoir travailler en pyjama, et je pense qu’elle n’est pas la seule !

 

Au niveau des outils, qu’est ce qu’on utilise à la Wild Code School pour rester connecté ? 

Tout d’abord on a toujours un Slack ouvert quelque part. On utilise aussi Discord pour s’organiser avec ses groupes de projets et bien sur Google Meet pour toutes les visios : le café du matin, les daily stand-up, rétrospectives ou encore les live-coding. Parfois on utilise zoom ou teams mais c’est plus rare.

 

Le mot de la fin…


On sait que la période est inédite et on voit bien que c’est possible de se former en remote à la Wild Code School mais on préfère quand même être sur place, profiter de l’énergie des autres Wilders et cela facilite beaucoup l’entraide.

On a aussi fait face à un hackathon en remote et même si ça fonctionne on espère pouvoir faire le prochain en présentiel ainsi que le reste des évènements qui rythme la formation et on vous convie à notre Démo Day le 11 février prochain pour vous montrer les projets que nous avons mené à bien durant la formation ! 

Mathilde Gauthier

Auteur Mathilde Gauthier

Plus d'articles de Mathilde Gauthier

Laisser un commentaire